Comment gérer une crise d’adolescence ?

170
Entre 11 et 19 ans, il n’est pas rare de voire apparaitre des changements chez son enfant. Il entre dans une période tant compliqué pour lui que pour le parent : la crise d’adolescence. C’est un passage inévitable, durant lequel le rôle parental est mis à rude épreuve. Voici donc quelques conseils pour gérer la crise d’adolescence de son enfant.
Fixer des limites claires

Les adolescents ont besoin de faire réagir leurs parents pour leur faire partager leurs moments difficiles, mais aussi pour les enquiquiner. En les provoquant, ils vérifient qu’ils tiennent encore vraiment à lui. En fait, il attend de ses parents une sorte d’accusé de réception de ses excès et provocations.

5f9766ae-4213-4672-bd86-ef5a451bbc67

Mais votre enfant a-t-il pour autant le droit de sortir tard le soir ou de claquer la porte de sa chambre ? C’est à vous de définir les paroles et les actes qui vous paraissent inacceptables. Réagissez quand ça en vaut la peine, votre ado saura ainsi où est la limite.

Respecter son intimité

L’adolescent cherche à fuir ses parents et tout ce qui s’y rattache (maison, famille…). Il est habituel de les voir s’enfermer dans leur chambre dès leur retour à la maison, ou qu’ils passent leurs week-ends dehors. Pour un adolescent, les amis sont synonymes de liberté, car ce sont les seuls à le comprendre. Il va donc passer le plus de temps possible avec eux, et ils lui rappellent qu’il est libre tant qu’il n’est pas chez lui. De plus, lui laisser cette distance pourrait permettre d’améliorer vos relations, car vous respecterez sa vie privée, ce qui ne devrait pas le laisser indifférent. L’adolescent est en train de se construire en tant qu’adulte, il rejette alors toute forme d’autorité qui représenterait une atteinte à sa liberté.

L’écouter tout en restant ferme

Vous avez interdit à votre ado de sortir et depuis, il vous mène la vie dure ? Sachez rester ferme. Il est nécessaire d’interdire certains comportements et de s’y tenir malgré les coups de boutoir et l’aigreur, de défendre une position de façon ferme et cohérente, quitte à passer pour un dinosaure.

Toutefois, rester ferme ne signifie pas rester hermétique. Ceci ne doit pas vous empêcher d’être à l’écoute de votre enfant. Écouter ses arguments ne signifie pas nécessairement dire oui.

Contractualiser les choses

Dans certaines situations, il peut être utile de régler les choses avec une sorte de contrat. S’il veut quelque chose, il faut qu’il se donne les moyens de le faire. En adoptant cette attitude vous allez aider votre enfant à grandir et à s’épanouir. Par exemple, il peut aller faire la fête chez des amis car vous avez confiance en lui, mais il doit vous donner l’adresse et le numéro de téléphone de l’endroit où il va et vous indiquez vers quelle heure il sera rentré. Une manière aussi de le responsabiliser.

Accepter d’avoir le mauvais rôle

Ne prenez pas tout au premier degré. Votre enfant a besoin de vous dévaloriser pour se différencier. C’est sa façon à lui de devenir un adulte à part entière, avec ses propres choix et sa propre façon de penser.

Il a besoin de faire le tri dans ce qu’il aime ou n’aime pas chez vous, et vous le fait savoir. Courage ! Mais, expliquez-lui qu’il a droit d’être différents de vous sans pour autant vous manquer de respect.