Découvrez une méthode étonnante pour communiquer avec bébé dès ses six mois !

153

Le lien entre un parent et son enfant est unique, c’est un privilège qui naît en même temps que la venue au monde du bébé. Après quelques mois, malgré ce lien fort, il arrive souvent que les parents se retrouvent démunis face aux pleurs de leur nouveau-né. Plein de questions se bousculent : tu as faim ? Tu as soif ? Tu as mal quelque part ? Et, malheureusement, le bébé est encore incapable de répondre avec des mots…

Mais, depuis plusieurs années, une tendance se dessine dans la communication parents-enfant : le recours à la langue des signes ! En effet, depuis les années 1980, de plus en plus de parents américains (et aujourd’hui du monde entier) utilise la langue des signes pour enseigner ses premières notions essentielles à bébé et mieux le comprendre.

Loin de vouloir lui faire apprendre le système très complexe de la langue des signes, accompagner certains mots comme « manger », « encore » ou « triste » à des signes permet aux tout-petits de s’exprimer bien plus tôt que par la parole.

En effet, les parents peuvent commencer à associer les mots aux gestes dès la naissance ou vers six mois (âge auquel bébé commence à les retenir) ; l’enfant pourra alors commencer à « répondre » vers l’âge de huit ou neuf mois (âge auquel bébé est capable de communiquer par certains gestes).

Cependant, quelques remarques à garder à l’esprit : le bébé peut ne pas être réceptif et ne pas imiter vos gestes. Par ailleurs, il faut éviter de chercher à ce que l’enfant reproduise exactement le signe, l’important est qu’il le fasse et qu’il ne le confonde pas avec un autre. Autre point important : ne pas inventer des signes mais utiliser les signes officiels pour une utilisation plus étendue (amis, famille…) et toujours associer le geste au mot afin que le tout-petit développe son langage en parallèle.

Loin d’être essentielle, cette technique de communication avec son enfant est tout de même un bon moyen d’échanger avec lui, elle permet de créer un lien au niveau du regard, obligeant le parent à se mettre à sa hauteur et à s’adapter à sa vitesse !