La phobie scolaire chez l’enfant

139

Tous les jours, c’est la même comédie. Votre bambin fait de la résistance et multiplie les excuses pour rester à la maison : il n’aime pas la maîtresse, s’est disputé avec ses petits copains, ne veut pas se retrouver seul à la récré…

Les symptômes de la phobie et de ses angoisses peuvent aussi se traduire par des signes physiques qu’il ne peut réprimer : maux de ventre, à la tête, envie de vomir, pleurs, cris… Pas de doute, il manifeste une réelle souffrance.

Que faire et comment réagir ?

Il n’existe pas de recette miracle pour que votre enfant retourne de son plein gré, du jour au lendemain, à l’école. Face à un cas de phobie scolaire, mieux vaut essayer d’abord de comprendre ce qui se passe et, dans la mesure du possible, de ne pas céder à ses injonctions.

L’accompagner, l’entourer, le soutenir et pourquoi pas élaborer une série de petites astuces pour lui donner envie d’étudier… voilà déjà un bon début pour tenter de renverser la situation. Tenez bon, la phobie scolaire n’est souvent qu’une période passagère au bout de laquelle votre enfant arrivera à « couper le cordon » et vaincre son angoisse de séparation. À vous, aussi, d’accepter de vous remettre en question si nécessaire, même si ce n’est jamais très évident…

Quel traitement pour soigner l’anxiété scolaire ?

Dans un cas de phobie scolaire, la consultation médicale est-elle une bonne idée ? Parler de ce trouble à un médecin ou un pédiatre vous permet d’avoir un avis médical sur la question et de ne plus vous sentir seul face à ce problème. Un traitement médicamenteux peut éventuellement être envisagé, mais la prise en charge se fait avant tout au cas par cas.
Une psychothérapie peut également aider votre enfant à sortir de sa phobie scolaire. Parfois même, un traitement familial est préconisé. La prise en charge peut donc porter ses fruits pour que votre enfant puisse surmonter ses difficultés et retrouve une bonne estime de soi.

Une chose est sûre : il ne faut pas avoir peur non plus d’en discuter avec l’instituteur ou le professeur. Une fois informé, il sera plus à même, à son niveau, d’aider votre enfant.