Le Rewilding, la méthode pour faire un reset de notre peau

111

Composé de milliards de micro-organismes (bactéries, virus, champignons…), le microbiome cutané – également appelé flore cutanée – est le baromètre de l’état de santé de notre peau. Au quotidien, son rôle est de protéger la peau contre les multiples agressions extérieures et les agents pathogènes. Pour schématiser, quand le microbiome cutané se porte bien, la peau rayonne de fraîcheur et de jeunesse.

Malheureusement, cet écosystème peut vite être chamboulé par nos modes de vie modernes : routine beauté agressive, mais aussi stress, pollution, tabac, alimentation déséquilibrée… Les mauvaises bactéries prennent alors le dessus et le microbiome n’est plus capable de remplir son rôle de bouclier. C’est la porte ouverte aux désordres cutanés en tout genre comme des rougeurs, des démangeaisons, un teint terne, des ridules ou encore de l’acné.

Comment faire le rewilding ?

Si tout le monde a un microbiome qui évolue au fil du temps et qui lui est propre, « comme un passeport cutané » image notre experte, des gestes « universels » permettent néanmoins de le rééquilibrer.

  • Faire la part belle aux actifs « pro-microbiome » : de plus en plus de produits cosmétiques intègrent dans leur formule des actifs « pro-microbiome » comme les prébiotiques et les probiotiques. Les probiotiques sont des micro-organismes qui apportent de bonnes bactéries à la peau. De leur côté, les prébiotiques « nourrissent » les bonnes bactéries et boostent leur activité. Ces ingrédients permettent ainsi de rééquilibrer le microbiome et de protéger la peau des différents facteurs qui pourraient venir altérer sa qualité.
  • Privilégier les soins avec le minimum de conservateurs : rappelons-le, la plupart des produits cosmétiques sont composés en grande majorité d’eau. Sans conservateurs, des micro-organismes nocifs peuvent se former avant l’ouverture du produit et pendant son utilisation. Le problème, c’est que les conservateurs conventionnels peuvent être allergisants ou irritants, et s’attaquer au microbiome cutané en grignotant les bonnes bactéries qui le composent. Comment repérer les conservateurs dans les cosmétiques que l’on achète ? Ils sont inscrits sur la liste d’ingrédients INCI, mais sous des appellations parfois incompréhensibles du grand public. Pour se faciliter la tâche, on peut déjà se dire qu’en choisissant des produits bio, on se prémunit des conservateurs néfastes et des substances issues de la pétrochimie.

  • Bannir les produits qui contiennent de l’alcool : Les personnes avec une peau grasse et/ou acnéique peuvent avoir tendance à choisir des produits avec de l’alcool ou des effets mentholés, supposés éliminer les bactéries à l’origine des imperfections. Mais ces produits sont particulièrement agressifs pour la peau et finissent par dérégler le microbiome cutané. Les mentions « alcohol denat » et « methyl alcohol » sur une liste d’ingrédients sont donc à fuir au maximum. De façon générale, il est préférable de se tourner vers une routine douce, avec des produits aux formes minimalistes présentant une liste d’ingrédients réduite.
  • Réduire au maximum les étapes beauté : pas besoin de sur-traiter sa peau pour l’embellir, bien au contraire ! On se contente des essentiels : un nettoyage systématique de la peau le soir, une petite brume le matin si l’on souhaite réveiller sa peau, un masque une fois par semaine, et surtout, un soin hydratant quotidien.
  • Ne pas lésiner sur sa routine du soir : si le nettoyage de peau est indispensable avant de filer au lit, c’est parce que la peau se régénère pendant la nuit. Elle a donc besoin d’être débarrassée des impuretés accumulées au cours de la journée (pollution, poussières, traces de maquillage…) pour que tous les mécanismes de régénération cellulaire et de réparation épidermique s’enclenchent et se déroulent de façon optimale. Un autre coup de pouce à donner à sa peau pour l’aider à se requinquer : toujours appliquer une crème après le démaquillage/nettoyage.
  • Adopter une hygiène de vie saine : nous l’avons écouté plus haut, notre mode de vie compte aussi dans le bon équilibre de notre microbiome cutané. En parallèle des nouvelles habitudes prises dans la salle de bain, on veille aussi à adopter une activité physique régulière ainsi qu’une alimentation saine et variée.