Reprise du travail après bébé : comment bien s’organiser

482
1. Reprendre le travail après bébé : on pense à soi

Concilier vie de femme, d’épouse, de mère et de working-girl suppose d’être en forme physiquement et psychiquement. Pourtant, pas évident de s’accorder du temps avec un planning aussi chargé. Le plus important, c’est d’être convaincue de l’intérêt qu’il y a à penser à soi.

Apprendre à gérer son énergie permet de limiter la fatigue et d’être ainsi plus patiente et attentive à ses proches. Vous pouvez prendre une journée de RTT sans votre enfant, rien que pour vous. Une fois par mois, vous pouvez aussi aller boire un verre dans un salon de thé, seule. Vous remettez ainsi de la conscience dans votre quotidien et restez connectée à vos envies.

2. On divise la charge mentale par deux

Même si les papas le font de plus en plus et que beaucoup d’entre eux sont aussi concernés que nous, les mamans, il n’y a rien à faire, portent souvent sur leurs épaules (et dans un coin de leur tête) tout ce qu’il y a à gérer : du rendez-vous chez le médecin à l’anniversaire de belle-maman, en passant par l’inscription à la crèche… Avec la reprise du travail, la charge mentale va s’accroître. Pas question de tout porter sur ses épaules ! Une fois par semaine, le dimanche soir par exemple, faites un point avec votre conjoint, sur l’emploi du temps de la semaine. Partagez les infos pour atténuer cette charge. Voyez qui gère quoi.

3. On anticipe l’organisation avec un bébé malade

Dans les faits, onze pathologies entraînent l’éviction de la collectivité : l’angine à streptocoque, l’hépatite A, la scarlatine, la tuberculose… Cependant, la fréquentation peut être déconseillée dans des phases aiguës d’autres maladies.

Si votre bébé est malade et que la crèche ou l’assistante maternelle ne peut l’accueillir, la loi accorde aux salariés du secteur privé trois jours de congé pour enfant malade (et cinq jours pour les moins de 1 an) sur présentation d’un certificat médical. Alors on se renseigne, notre convention collective peut aussi nous en accorder davantage. Et ça marche pour les papas comme pour les mamans !

4. On laisse le papa s’impliquer

Le papa est en retrait ? On a tendance à plus gérer la maison et notre bout de chou ? Avec la reprise du travail, c’est le moment de rétablir les choses. Le papa doit être autant impliqué que la mère. Pour l’amener à davantage prendre les choses en main, on lui montre nos habitudes pour changer bébé, le nourrir… On lui demande de lui donner le bain pendant que l’on fait autre chose. Si on lui laisse de la place, il apprendra à la trouver !

5. On revoit l’ordre de ses priorités

Avec la reprise du travail, impossible de faire autant de choses que lorsqu’on était à la maison. Normal ! Il va falloir revoir nos priorités et se poser les bonnes questions : Qu’est-ce qui compte pour vous ? Où est l’essentiel ? Ne faites pas passer les besoins émotionnels après les courses ou le ménage. Ce n’est pas grave si la maison n’est pas nickel. Vous faites ce qu’on peut et c’est déjà pas mal !

On opte pour une organisation flexible, qui s’adapte à notre mode de vie. Elle ne doit pas être une contrainte, mais un moyen de vous sentir bien. Il faut simplement trouver le juste milieu avec votre conjoint, sans pression.