Pourquoi pleurer peut faire du bien ?

154

Nous pleurons lorsque nous sommes heureux, tristes, en colère, frustrés et émus… alors pourquoi pleurer peut faire du bien ?

Pleurer aide à diminuer le stress

Les humains sont la seule espèce à pleurer d’émotions, mais les scientifiques ne savent toujours pas exactement comment l’acte physique de pleurer est lié à nos sentiments. Pourquoi pleurons-nous lorsque nous sommes tristes (et parfois heureux) ? L’un des avantages des pleurs est peut-être qu’ils aident à soulager la tension physique liée à la colère.

Il semble que les pleurs commencent juste après le pic d’éveil physiologique, lorsque l’activité sympathique commence à diminuer et que l’activité parasympathique augmente, ce qui contribue à ramener le corps à l’homéostasie. En d’autres termes, les pleurs surviennent lorsque notre corps passe d’un état d’excitation, de « lutte ou de fuite« , à un état de calme, de « repos et de digestion« .

Pleurer améliore l’humeur

On pourrait penser que pleurer vous ferait vous sentir mieux si cela signifie que votre stress est soulagé – et c’est le cas, parfois. Selon plusieurs études, environ deux tiers des personnes déclarent généralement se sentir mieux après avoir pleuré.

Et la façon dont les autres réagissent à nos pleurs est l’un des facteurs les plus importants pour déterminer comment nous nous sentons par la suite. S’ils réagissent avec compréhension et réconfort, il est beaucoup plus probable que vous vous sentirez mieux que s’ils se moquent de vous et que vous ressentez de l’embarras. Dans de nombreux cas, la meilleure humeur après avoir pleuré est donc la conséquence du fait d’avoir reçu un soutien émotionnel et du réconfort.

Pleurer améliore la communication

Il n’est pas surprenant que les pleurs chez l’homme aient d’abord évolué comme un moyen pour le nourrisson d’attirer l’attention de sa mère. Les bébés humains sont les créatures les plus impuissantes : ils ne peuvent pas s’accrocher à leur fourrure comme les primates, ni suivre leur mère comme les canards.

Les larmes des bébés et des enfants ajoutent une composante visuelle à cet appel à l’aide et ciblent un soignant spécifique qui peut les voir. À l’âge adulte, les gens ont adapté cette fonction biologique à une fonction émotionnelle. Les larmes des adultes, comme les pleurs vocaux, transmettent principalement le message suivant : « J’ai besoin de toi, aide-moi« . Il s’agit notamment d’une réaction à un état d’impuissance, qui est le contraire de la lutte ou de la fuite.

Pleurer aide à diminuer la tension émotionnelle

Pleurer est l’expression d’une émotion aussi naturelle qu’incontournable dans une vie. Les larmes résultent d’un trop plein intérieur, comme quelque chose qui déborde de soi. Elles peuvent apaiser la détresse et faire revenir le corps à l’équilibre, celui d’avant les pleurs.

Sans pour autant que le conflit psychique soit résolu. La tension émotionnelle n’est pas que le résultat d’une émotion négative, elle peut aussi être une conséquence de la joie, comme lors d’un mariage ou de la réussite à un examen par exemple.