Les procès les plus farfelues intentés contre des chaînes de fast-food !

6

Certaines poursuites judiciaires contre des chaînes de fast-food peuvent être assez étonnantes. Il y a eu des cas qui sont en attente de jugement, d’autres ont perdu leur cause ou encore ne se sont jamais rendu devant un juge.

Les prix peuvent être différents

L’une des plus récentes poursuites visait Taco Bell et sa société mère, Yum! En septembre 2019, un couple originaire du New Jersey a intenté une action en justice sous prétexte qu’ils avaient acheté deux « Chalupa Craving Boxes à 5$ » de Taco Bell et qu’ils avaient payé plus de cinq dollars pour chacune. En effet, le total des deux boîtes était de 12,18$, avant les taxes.

Bâtiment De Restaurant D'aliments De Préparation Rapide De Taco Bell Photographie éditorial - Image du préparation, taco: 84823902

Dénonçant la publicité mensongère, le couple a demandé une compensation pour « le temps perdu pour se rendre au restaurant [et] l’essence consommée pour conduire leur véhicule jusqu’au Taco Bell en question », faisant valoir que c’est le prix de 5$, annoncé dans un message publicitaire de Taco Bell, qui les avait «incités» à faire le voyage.

L’affaire est allée jusqu’en cour fédérale en octobre, où les avocats de Taco Bell ont soutenu que le message publicitaire de la compagnie était assorti d’un avertissement indiquant que « les prix peuvent varier ».

Un morceau de doigt

Voici une autre poursuite assez célèbre : une femme a poursuivi Wendy’s après avoir trouvé un bout de doigt humain dans son bol de chili. Sauf que cette histoire a été inventée de toute pièce. En réalité, Anna Ayala avait elle-même mis un bout de doigt dans le bol de chili dans l’espoir d’obtenir de l’argent à l’issue d’un procès.

List of ALL the Wendy's in St. Catharines Ontario, Canada

Le bout de doigt était celui d’un collègue de travail de son mari qui l’avait perdu dans un accident de travail. Il l’avait donné au mari d’Ayala pour régler une dette. La vérité dépasse vraiment la fiction ! Ayala et son mari ont fini par plaider coupables d’avoir comploté pour déposer une fausse plainte et tenté de commettre un vol qualifié. Ils sont tous les deux allés en prison.

Un seau décevant

En 2016, une New-Yorkaise a intenté une poursuite contre KFC pour publicité mensongère. Le seau de poulet qu’elle a reçu n’était pas rempli de poulet alors que la publicité montrait un seau débordant de poulet frit. La publicité promettait que le seau suffisait à nourrir toute une famille.

KFC crée la « viande du futur » imprimée en 3D | FR24 News France

« Ils montrent un seau qui déborde de poulet, mais on en n’en reçoit qu’un demi-seau, a-t-elle déclaré au New York Post. «Ça ne nourrit pas toute une famille. »

KFC lui a donc offert plusieurs chèques-cadeaux pour apaiser sa déception, mais elle n’en a pas voulu et a intenté une poursuite… que les tribunaux ont aussitôt rejetée.

Bien plus qu’un simple café brûlant

L’un des procès les plus tristement célèbres : le procès pour un café brûlant. En 1992, le café McDonald’s de Stella Liebeck, 79 ans, s’est renversé sur elle lorsqu’elle a essayé de retirer le couvercle.

14 Menu Items McDonald's Employees Won't Eat | Eat This Not That

Mais l’affaire était tout de même plus sérieuse que ça. Elle a subi des brûlures au troisième degré qui ont nécessité des greffes de peau et, si elle a fini par poursuivre McDonald’s, c’est parce que l’entreprise refusait de rembourser ses frais médicaux de 10 000$.