5 dispositifs médicaux d’autrefois dignes des plus grands films d’horreur

3

La médecine moderne semblerait probablement magique à ceux qui ont vécu au début du XXe siècle. Si la médecine du début du XXe siècle était bien plus avancée que l’époque médiévale des sangsues, la plupart de leurs traitements étaient encore malavisés et souvent même barbares selon nos normes modernes. Beaucoup d’appareils utilisés dans ces traitements ressemblent plus à quelque chose provenant du sous-sol d’un tueur en série qu’à une technologie médicale de pointe. Des prothèses cauchemardesques de style steampunk aux traitements au radium mortel, nombre des procédures du début du XXe siècle auraient ressemblé davantage à de la torture qu’à de la guérison.

1. Les premiers fauteuils roulants

Les fauteuils roulants ont possiblement une forme rudimentaire, entre le 6e et le 4e siècle avant J.-C., parallèlement à l’invention des meubles à roulettes. Cependant, ils ne sont entrés en Europe qu’au 12e siècle après J.-C., et ces premiers modèles étaient extraordinairement primitifs et ressemblaient davantage à des brouettes que les fauteuils modernes que nous avons aujourd’hui.

Le premier fauteuil roulant autopropulsé n’a pas existé avant le 17e siècle, lorsque les inventeurs allemands Johann Hautsch et Stephan Farfler ont fabriqué indépendamment plusieurs prototypes. Farfler lui-même était handicapé et a créé ce qu’on a appelé un « fauteuil pour invalides » qui consistait en trois roues commandées par diverses manivelles et leviers.

Jusqu’au XIXe siècle, les chaises roulantes étaient principalement utilisées par les riches comme moyen de transport pour les personnes handicapées. Le XIXe siècle a vu l’apparition d’appareils moins coûteux utilisés dans les hôpitaux pour transporter les patients handicapés. Ces modèles étaient également plus accessibles aux personnes handicapées de la classe moyenne. Les nombreux vétérans handicapés qui ont quitté le pays après la guerre civile américaine ont entraîné une augmentation de la production de fauteuils roulants en bois, qui étaient essentiellement des sièges en bois dur sur roues. Des roues plus modernes, semblables à celles d’une bicyclette, ont été introduites à la fin du XIXe siècle.

Le fauteuil roulant que nous utilisons aujourd’hui n’a été inventé qu’au XXe siècle. Cette innovation a permis aux personnes handicapées de bénéficier d’une mobilité bien plus grande en ce qui concerne les déplacements et l’utilisation à l’extérieur.

2. Traitement de la scoliose

La scoliose est une maladie relativement courante, qui touche environ 3 % des personnes, dans laquelle la colonne vertébrale présente une courbe latérale, ressemblant souvent aux lettres S ou C. La gravité de la scoliose varie considérablement, certains patients présentant des courbes mineures pouvant être corrigées par un appareil, tandis que d’autres ont des déformations graves entraînant des courbes qui nécessitent une correction chirurgicale.

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, les appareils devaient être basés sur des moulages en plâtre. Si la femme sur la photo a l’air d’avoir été torturée, elle est en fait équipée d’un moule en plâtre sur lequel son appareil sera basé. Des couches de lin ou de gaze sont enroulées autour d’elle, qui sera ensuite humidifiée avec du plâtre. Une fois que le moule en plâtre aura séché, il sera coupé et utilisé pour créer le corset.

18 Old Fashioned Medical Devices that Belonged in Horror Movies

De nos jours, un logiciel de dessin assisté par ordinateur est utilisé pour concevoir des appareils orthopédiques. Cette technologie a permis de supprimer le besoin de plâtrage chez les adultes. Toutefois, les plâtres peuvent toujours être utilisés dans les cas de scoliose infantile, car il a été démontré qu’ils éliminent la nécessité d’un appareil plus tard dans la vie lorsqu’ils sont traités tôt.

3. Thérapie au radium

Le radium était considéré, au début du XXe siècle, comme un remède miracle. La substance qui s’éclaire dans l’obscurité a fait croire à beaucoup que le radium était magique, et il a rapidement fait son chemin dans de nombreux produits médicamenteux et de beauté. Alors que divers charlatans tentaient de tirer profit du radium, la communauté médicale croyait qu’il existait des utilisations curatives légitimes.

Au début du siècle, on pensait qu’il était bactéricide, c’est-à-dire qu’il tuait les bactéries. Il était également considéré comme supérieur aux rayons X récemment découverts dans le traitement de petites zones du corps. La nature bactéricide, ainsi que son utilisation ciblée, ont conduit à l’utilisation du radium pour traiter la tuberculose.

Il était aussi parfois appliqué sur la peau pour traiter des maladies telles que le lupus et les ulcères. En Allemagne, des expériences ont été menées avec l’inhalation de radium pour traiter diverses maladies. Le radium dans l’eau du bain était également utilisé pour traiter la goutte et l’arthrite.

Une fois que les dangers du radium ont été découverts, le radium a rapidement perdu sa en popularité. Aujourd’hui, il ne subsiste que dans quelques cas particuliers.

4. L’effaceur de taches de rousseur

Dans les années 1930, le médecin italien Dr. M. Matarasso a été le premier à mettre au point une méthode pour enlever les taches de rousseur qui nécessitait littéralement de les geler et de les enlever. Il congelait une tache à l’aide de dioxyde de carbone, ou de glace, puis utilisait un petit dispositif en forme de poignard pour détacher et peler la pigmentation du visage.

Freckles Removal Between the Wars - Flashbak

En une semaine ou deux, la peau guérissait. La procédure est similaire à celle utilisée pour le traitement des verrues plantaires. Non seulement l’appareil est quelque peu intimidant, mais la cryothérapie est assez douloureuse. L’application du froid pique beaucoup, et la mort des tissus qui s’ensuit est assez douloureuse.

5. Thérapie anticancéreuse

La machine cobalt semble quelque peu intimidante, mais la thérapie au cobalt est en fait toujours utilisée dans le monde entier pour traiter le cancer. Le cobalt-60, un isotope radioactif du cobalt, a été utilisé pour la première fois pour traiter un patient cancéreux à Saskatoon, Saskatchewan, en 1951.

Lors de la procédure, un petit cylindre de cobalt-60 est chargé dans l’appareil. L’appareil est soigneusement pointé sur les cellules cancéreuses du patient, et des faisceaux de rayons gamma entrent dans le patient. Les rayons gamma tuent les cellules saines ainsi que les cellules cancéreuses, de sorte que le calibrage de l’appareil est incroyablement essentiel. Malgré la destruction des cellules saines, le taux de survie au cancer est passé de 25 à 75 %.

Alors que les États-Unis et d’autres pays riches et scientifiquement avancés sont passés principalement à la radiothérapie à modulation d’intensité, qui utilise des accélérateurs d’électrons à haute énergie pour produire des rayons X, de nombreux pays dans le monde utilisent encore les appareils au cobalt-60 en raison de leur relative facilité d’utilisation et d’entretien et de leur coût beaucoup plus faible.