Une très brève histoire des effets spéciaux

31

Faisons un petit voyage dans le temps. Nous sommes le 28 décembre 1895, ou peut-être en janvier 1896, des spectateurs impatients entrent dans une salle de cinéma et s’installent tranquillement.  Les lumières baissent, la pénombre s’installe, le film va commencer… Mais quelques secondes plus tard, la tension monte, des cris fusent ça et là, puis quelques spectateurs paniqués se précipitent vers fond de la salle obscure. Qu’a-t-il bien pu se passer ?

La première projection de L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat des frères Lumière a fait couler beaucoup d’encre, et à l’époque le réalisme de ce métrage d’une cinquantaine de secondes seulement, même s’il a pu effrayer certains spectateurs, a enchanté son public. Ce film, qui, comme son nom l’indique, montre un train entrer en gare, est novateur à l’époque. Le cinéma vivait alors ses débuts, et allait connaître une évolution aussi rapide qu’impressionnante, et parmi les révolutions cinématographiques les plus surprenantes, celle des effets spéciaux occupe une place particulière.

Georges Méliès: how the filmmaker revolutionized cinema 100 years ...

Quelques années après le règne des Lumière, Georges Méliès, prestidigitateur de formation et pionnier du cinéma, fait de ces techniques de trucage sa marque de fabrique, et influence tant le 7ème art que certains clichés tirés de ses productions sont devenus des icônes de son génie. Bien évidemment, les effets spéciaux ont bien évolué depuis cette époque.  À vrai dire, ils progressent si vite que s’ils peuvent faire le succès d’un film, ils peuvent également être la cause de moqueries, soit parce qu’ils ont été mal conçus, soit parce qu’ils se font vieux.

A Celebration of Great Movie Defenestrations

Difficile de se retenir de rire devant les requins volants de Sharknado, la chute de Dick dans Robocop, ou encore devant Jabba de Star Wars. Parmi ces scènes, certaines ont fait rire dans les salles cinéma mêmes, dès la sortie du film, d’autres font rire aujourd’hui tant les trucages nous paraissent dépassés. Mais elles ont une chose en commun, leur volonté première de nous faire croire à une réalité artificielle plus ou moins vraisemblable en manipulant notre perception du monde.

Et pour ce faire, les effets spéciaux s’appuient sur notre connaissance de la réalité et de son fonctionnement. Ainsi, à l’instant où le spectateur pénètre dans une salle obscure, ou lorsqu’il clique sur le bouton « play », le cinéma, à la manière d’un magicien, s’applique à mettre ses sens et son savoir au défi pour le tromper et lui faire vivre une expérience hors du commun.

16 Movie Shots With and Without Special Effects

Les avancées techniques du cinéma, commencées à la fin du XIXème siècle, semblent ne pas vouloir s’arrêter. Après l’arrivée des images de synthèse et le développement de la technologie 3D, nous ne savons pas à quoi nous attendre. Mais le cinéma, qui s’attache à combiner tous les arts pour produire un effet puissant, ne compte pas s’arrêter là, et continue de développer des technologies toujours plus sophistiquées pour rendre l’expérience cinématographique encore plus intense.

Alors installez-vous confortablement dans votre fauteuil, éteignez votre téléphone, la lumière baisse… Lumière !

  • Suivant