Écologie & Santé : Les scientifiques envisagent une crème solaire 100% verte et ultra-protectrice, à base de noix de cajou

7
Advertisement

Il existe à l’heure actuelle, aucune crème solaire qui soit 100 % efficace et respectueuse de l’environnement, à la fois. Il s’agit d’un problème majeur lorsque l’on considère la question du réchauffement climatique et celle de la toxicité de ces produits nous-mêmes et pour les éco-systèmes marins. Cependant, les chercheurs ont peut-être trouvé finalement la solution dans les noix de cajou..

Alors que les vacances touchent à leur fin, nous sommes sûrs que certains d’entre vous, ont pu aborder ces premiers jours de rentrée avec un magnifique teint halé et les cheveux légèrement éclaircis par le soleil. Prendre quelques couleurs, c’est bien, en revanche s’exposer au soleil trop longtemps, comme vous devez le savoir, est très mauvais pour la peau.  

Certes, nous disposons des crèmes solaires, pour parer ce type problème et probablement que certaines personnes à la peau sensible qui nous liront, décrocheront un petit sourire rien qu’en imaginant la quantité de crème qu’ils ont dû s’appliquer tout au long de cette période estivale. Seulement cette dernière est loin d’être le remède miracle, face aux UV qui agressent l’épiderme de notre peau.

Louis Dubertret est un professeur agrégé de médecine spécialiste de dermatologie, ainsi que de biologie cutanée. Ce dernier atteste que les produits dont la fonction est la protection solaire ne devraient pas pénétrer les pores de notre peau. Cependant, c’est ce que font les trois-quarts des crèmes que nous utilisons. Sachez qu’il est possible de retrouver certaines molécules composantes du produit dans le sang ou l’urine de son utilisateur. 

Il faut savoir que nous avons encore peu d’informations sur les effets secondaires à long terme, qu’elles peuvent engendrer. Principalement constituées de filtres chimiques ayant pour but de convertir les rayons UV, ces dernières sont pour la plupart considérées comme des perturbateurs endocriniens ou des allergènes importants et non biodégradables. En outre, si elles sont potentiellement dangereuses pour notre santé, elles le sont d’avantage pour celle des écosystèmes-aquatiques.

Bien sûr, grâce au commerce biologique qui ne cesse de progresser, vous pouvez aisément disposer pour quelques euros supplémentaires, d’une bonne crème à base de filtres minéraux, de zinc, de titane, de vitamine E, de glycérine, d’huiles végétales et complètement dépourvues de substances issus de la pétrochimie. Ce dérivé des crèmes traditionnelles que nous utilisons d’ordinaire, semble être une excellente solution. Seulement, ces recettes ont aussi leurs désavantages. En effet, la présence de filtres minéraux vous assure cet effet traces blanches sur votre peau, ce qui est loin d’être l’idéal pour prendre quelques couleurs. De plus, en dépit de la non-toxicité de ces produits, ces derniers ne permettent pas une forte protection, équivalente aux crèmes traditionnelles avec un facteur de protection au-delà de 40 SPF. 

Dans un souci sanitaire et écologique, des équipes de chercheurs, parmi lesquelles figure le professeur de chimie de l’Université d’Afrique du Sud, Charles Koning, se sont penchées sur la question d’une solution pour trouver une source de carbone renouvelable et sans risque. Le liquide brun pouvant être extrait des coques de noix de cajou est très riche en agents phénoliques, dont l’une des propriétés est celle de pouvoir absorber les UV. Il s’agit d’une méthode simple, saine et pouvant faire office de sources de revenus pour divers pays producteurs. 

Cette nouvelle découverte déjà brevetée et parue dans la revue scientifique European Journal of Organic Chemistry, pourrait bien révolutionner le monde de  »l’écran total », mais aussi vous changer la vie et surtout celle de vos enfants, lors de vos vacances sous les tropiques !